Fuyan, de toutes les couleurs (Guizhou, Chine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fuyan, de toutes les couleurs (Guizhou, Chine)

Message  Admin le Jeu 28 Mai - 6:41

Le conté de Fuyan, district de Zheng'an, vers le nord du Guizhou, nous a invité à venir voir leur dernière trouvaille : la grotte de toutes les couleurs.

En cherchant de l'eau, derrière leur tout petit village également appelé Fuyan, les paysans sont descendu dans une grotte où jadis leurs parents exploitaient le nitrate. Ils ont ainsi découvert une grotte de trois kilomètres, selon leur estimation, et sont ressorti émerveillés par la présence de stalagmites de toutes les couleurs. Ils ont fait intervenir le bureau de Zheng"an pour la recherche en eau, puis ont pris des photos, fait une vidéo, et l'étape suivante était de faire valider l'intérêt touristique de leur découverte. C'est dans ce contexte que Lipo a été appelé et que j'ai pu me joindre à eux, Fuyan étant par ailleurs un terrain d'exploration spéléologique de première importance.

Après 9 h de route, nous sommes reçus à Zheng'an. On nous montre les photos, les vidéos... les couleurs revendiquées sont le noir, le blanc, le jaune, le rouge et le bleu...

Le lendemain, nous allons voir par nous-même. Une petite troupe nous guide, principalement les découvreurs de la cavité, quelques autochtones, mais aussi la présidente de la chambre basse du parlement, de minorité Bai et originaire de Dali dans le Yunnan, ainsi que la directrice du parti à Fuyan, de minorité Geluo... Tout le monde veut voir la grotte multicolore.

L'entrée est en fait un gouffre, parfaitement dissimulé par une végétation luxuriante, à la limite entre les champs cultivés sur le permien supérieur et du maquis des terrains cacaires du permien inférieur. Un vague canyon pentu et glissant se jette dans une quasi verticale d'une vingtaine de mètres. Une grosse corde y a été jetée pour se tenir dans la descente du canyon et arrimer une échelle de corde et de bois de fabrication locale dans la partie inférieure. Il nous est difficile d'interdire à tout ce petit monde de descendre dans ces conditions précaires, sans casque ni sécurité. Il serait stupide de prendre les mêmes risques. Et nous n'avons pas le temps matériel pour assurer la sécurité de tout le monde. Nous nous contentons donc d'installer notre corde à coté.

En bas du puits, de part et d'autre d'un important tumulus de déchets végétaux s'ouvrent deux passages diamétralement opposés. L'un d'eux mène à un lac au-delà duquel des morceaux de bois ont été installés pour grimper dans une lucarne. L'autre est une grande galerie descendant doucement jusqu'à un ressaut. J'ai la désagréable surprise de constater que mes chaussures, stockées humides trop longtemps, se sont détériorées et se découpent progressivement au niveau de la semelle, m'interdisant tout effort latéral sous peine de déchausser intempestivement. La désescalade du ressaut, qui en soit mériterait largement quatre spits et 30 m de cordes, n'a donc pas été pour moi un moment de sérénité, pas plus que l'ensemble de l'exploration qui a suivit d'ailleurs.

Après le ressaut, nous arrivons dans une salle avec une cascade arrivant du plafond. A droite part un méandre d'où semble venir l'abondant courant d'air qui parcours la cavité. Ce grand couloir haut et large remonte doucement vers le nord, on y trouve la plupart des fameuses stalagmites colorées, dont seules les rouges sont vraiment remarquables (nous ne trouverons pas de bleu). Progressivement, la calcite obstrue ce méandre jusqu'au plafond.
De l'autre coté de la cascade, la galerie se poursuit. On arrive à une autre cascade, bien plus importante, sur une belle coulée de calcite. Plus loin, il y a une espèce de cul de sac. Un petit actif tombe d'une galerie supérieur que l'on pourrait atteindre en s'assurant. Il se perd entre les blocs, mais on peu descendre par une trémie à un étage inférieur chaotique. Là, on retrouve un important affluent muni d'un fort courant d'air, mais défendu par un lac. L'aval ne peut pas être suivit sans corde.

Au niveau du cul de sac, un passage étroit sur quelques mètres donne accès à une suite. On monte ainsi dans une belle salle concrétionnée. Plus loin, la galerie continue, parcourue par une petite rivière, c'est un amont partant vers l'ouest.

Étant donné le contexte, j'ai du faire toutes ces observations à la va-vite, en me désolidarisant de l'inertie d'un groupe trop important. Je n'ai donc fait aucun relevé topographique des lieux, ce sera pour une prochaine fois...

Nous ressortons, et je suis soulagé quand tout le monde est enfin dehors. Il est un peu injuste de dire que la technique ancestrale utilisée par les autochtones n'offre aucune sécurité. Ils passent une corde autour de la taille des personnes montant à l'échelle, et dans le canyon boueux, ils disposent quelques forts à bras qui hissent littéralement ceux qui ont du mal à grimper. Mais il n'y a pas de casque, une chute avec cette grosse corde risque surtout d'étouffer la victime, tout est glissant, dans le fameux ressaut, une chute du grimpeur aurait immanquablement entrainé la chute de qui tenterait de le retenir... bref, ils n'ont peur de rien et nous en feront voir de toutes les couleurs !

Le soir, nous rendons comptes aux autorités à Zheng'an. Exercice difficile, car il est inutile de laisser croire que cette grotte justifierait un classement quelconque ou serait promu à un avenir touristique fantastique. Il n'est pour autant pas question de dévaloriser les efforts et la dynamique locale. Pour ma part, j'insiste sur l'intérêt spéléologique de Fuyan et de cette nouvelle grotte qui a toute les chance de venir rejoindre le grand réseau de Mawangdong, déjà long de 28 km. Je les encourage à poursuivre les recherches, notamment vers le sommet du massif puisque Fuyan est un des rares endroits connus dans le Guizhou où une grotte d'un kilomètre de dénivelé est imaginable. D'autre part, nous savons qu'il y a beaucoup de grottes sur Fuyan, nous venons de voir qu'il y a de très belles concrétions, il y a donc des chances de trouver une grotte plus facile à aménager. Comme ils sont demandeurs d'avis sur le développement touristique, j'en profite pour rappeler l'intérêt historique que pourraient avoir les fortification de la grotte de Mawangdong et celles bien plus discrètes et astucieuses de Shangyingpandong où la passionnante stratégie défensive est encore lisible. J'évoque les rivières multicolores qui peuvent aussi, si l'histoire géologique qui les explique était bien mise en valeur, pourrait être un attrait. Je parle des petits bouddha de bois à l'entrée de Lingshandong qui, à mes yeux occidentaux et parce qu'ils sont là, dans leur cadre culturel originel, ont une valeur inestimable. Enfin, Fuyan disposant du point culminant de tout le district de Zheng'an, un point de vue en son sommet aurait sans doute un intérêt pour les visiteurs. Lipo quand à lu trouve les mots chinois pour rendre compte de la situation : cette grotte est belle, intéressante, mais son aménagement sera difficile ou ne pourra pas être adapté à un tourisme de masse.

Tour à tour, tout le monde autour de la table s'exprime. Le responsable prend des notes. Et la soirée finit dans un traquenard à bière.

NB : pour en savoir plus sur les grottes de Fuyan : http://www.grottes-et-karsts-de-chine.org/


Dernière édition par Admin le Jeu 28 Mai - 7:46, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Quelques photos

Message  Admin le Jeu 28 Mai - 7:01

En chemin pour la cavité.


C'est un trou de verdure...


Descente dans le canyon boueux en se tenant bien à une grosse corde raide et glissante.




L'amorce de la verticale, le gars qui descend est assuré par une corde autour de la taille.


En bas, une petite rivière blanche, assez typique à Fuyan.


A coté de l'échelle traditionnelle, Qianzhi descend avec la technique spéléo, tellement plus sûre et efficace !




Ici, c'est Lipo qui descend alors que sur l'échelle descend la présidente du parlement.



C'est tout de même un bien joli gouffre !







Le système d'assurage, lors de la remonté.


L'état de mes chaussures, rafistolées au mieux. Elles permettent à peine de marcher. je précise que ce modèle n'est pas celui qu'utilisent les paysans, mais celui de l'armée. La toile est moins solide et surtout putrescible comme je viens d'en faire l'expérience.


Mme la présidente.


Des cordes installées pour se hisser.


Le gouffre s'ouvre dans ce vallon, dissimulé dans les maquis.


Petit casse-croûte en attendant que tout le monde sorte. Lipo m'a expliqué que le jeune homme en uniforme est en fait une sorte de réserviste. C'est à dire qu'il effectue son service militaire chez lui, en faisant tout simplement son travail de paysan.



Quelques concrétion, larcin d'un des visiteurs...


Sur le chemin du retour, un paysan se reposant sur sa canne de portage.



Une réserve d'eau, précieuse ressource pour l'agriculteur.


Malgré la saison, la terre est plutôt sèche.



Des écoliers rentrant chez eux.


L'usage du plastique dans les cultures tend à se généraliser, il permet de préserver l'humidité autour du pied des plants.



Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum