Un Chinois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un Chinois.

Message  Admin le Ven 4 Mai - 15:31

Le Chinois dont je vais parler n'a sans doute rien de plus ou de moins qu'un autre. Il se fait simplement qu'on peut rencontrer quotidiennement des gens sans jamais les connaître, et puis un jour, voilà qu'ils s'ouvrent et disent leur vie, singulière, comme toute expérience, mais révélatrice d'un lieu, d'une époque, d'un milieu.
Je le nommerais ici Jack. Je ne doute pas qu'un jour il trouvera ce texte et j'espère qu'il ne m'en voudra pas de poser ici des morceaux de sa vie.
Peut-être ce portrait manque de fidélité historique, après tout, je ne reporte que ce que j'ai compris de ce qu'il a voulu me dire. Mais c'est quelqu'un que je connais bien, et ce biais ne ferait que rapprocher la vérité du personnage.

Quand on le rencontre, on voit en Jack quelqu'un de mesuré, poli, attentif et même prévenant. Mais aussi un chinois bruyant et expansif. Il apparaît grassouillet, pépère avec son visage de poupon. On le verrais bien avec un journal et des pantoufles devant une télé ou à boire de la bière avec des potes. Il déteste d'ailleurs avoir du retard sur l'heure d'un repas.
Pourtant. Quand on le voit jouer au badminton on découvre que ce jeu est un sport et on n'aimerait pas être à la place du volant. De même, un jour, j'ai vu le garçon placide se métamorphoser en fauve et détruire en quelques seconde tout le mobilier d'une échoppe qui avait manifestement pigeonné une vingtaine de convives à qui il avait recommandé de manger là.

Né d'une famille pauvre, des paysans de la minorité Zhuang de la Région Autonome Zhuang du Guangxi dans le sud de la Chine, il a le souvenir de ce qu'on appelle une enfance malheureuse. En Chine, l'archétype du paysan n'est pas à chercher dans le sketch de Fernand Raynaud et de nos jours encore la plupart d'entre eux travaillent dur pour un revenu ridicule. Le père de Jack cumulait cette difficulté avec l'alcool et le tabac. Au collège, Jack était un bagarreur et il ne se passait pas une année sans qu'il n'envoie un élève à l'hôpital. Il ne doit de ne pas avoir été renvoyé de l'école qu'à un professeur influent qui a su voir en lui quelque chose à sauver.
Ses résultats étaient de même médiocres, échouant à son premier examen, attristé par le décès de sa grand-mère, puis l'année suivante, année du décès de son père. Il tirera de ces années la conclusion que Dieu ne l'aime pas et des années de profond désintérêt envers tout.

Et pourtant. Sorti de l'école, Jack apprend. Par lui-même. Son anglais est compréhensible et il arrive assez bien à s'exprimer, simplement parce qu'il regarde beaucoup de films téléchargés sur internet et qu'il cherche à comprendre ce qui se raconte dans cet écran. Comme il n'a aucune confiance dans la télévision de son pays, il regarde de préférence ce qui vient de l'étranger. De même, il a acquis une compétence informatique remarquable, étant capable de connecter à peu près qui il veut à internet et à débugger tout PC en panne. Ce qu'il fait qu'il est sans cesse demandé.
Son premier métier était professeur de gymnastique. En effet, le recrutement dans les postes dépendant de l'état se faisant par concours, il a pu sans difficulté se qualifier. Pourtant, il a abandonné ce métier parce qu'il ne se considérait pas capable de le faire suffisamment bien. En Chine, il faut avoir plusieurs emplois pour vivre. Par un autre concours, il a pu être recruté dans la bibliothèque municipale. Cette bibliothèque inclue un véritable cybercafé à accès gratuit mais à inscription obligatoire. Une autre de ses fonctions est de distribuer dans les villages des guides pratiques pour la vie en milieu rural ré-édités chaque année. Mais la position de fonctionnaire rapportant extrêmement peu, il monte des réseaux informatiques et développe même des bases de données. Ayant tout appris par lui-même.

Sa sœur et son frère travaillant, la vie de sa famille s'est considérablement améliorée. Lui-même ne manque de rien et nourris même une légère addiction aux nouvelles-technologies… tout en ne pouvant pas se permettre l'accès au haut de gamme. Son frère a fait récemment un séjour en prison. En colère et ivre, il avait démolis la porte du bureau du gouvernement. L'ivresse venait de l'alcool, mais la colère d'avoir appris que des terres qu'il travaillait et qui lui avaient été rachetées de force par le gouvernement, avaient pris une valeur considérable en devenant constructibles. Ce scénario est des plus fréquents, la ville et les projets immobiliers s'étendant sans cesse au détriment des rizières.

Jack a une petite amie. C'est une des premières choses qu'il m’aie dite quand je l'ai rencontré. Il voulait apprendre la spéléo mais avait peur que je le rejette à cause du fait que sa petite amie est mineure. En fait, je n'en aurait jamais rien su, d'autant que l'ayant rencontré, je n'arrive pas à me rendre compte qu'elle fait à peu près la moitié de son âge. Malgré son air extraverti, ce n'est qu'à 26 ans qu'il a eu son premier baiser, il en a maintenant 33.
Comme il ne supporte pas la voiture, il fait presque tous ses déplacements en moto. Il est ainsi allé jusqu'à Lassa, dans la Région autonome du Tibet.

La spéléo lui procure un stabilisant. Il le sait. Il considère que c'est une chance pour lui et a déjà acquis son matériel personnel et s'entraine dans la pièce où il vit. Son énergie a trouvé à quoi s'affronter. S'il se fatiguait beaucoup dans ses début, sa coordination et sa technique s'améliorant, voilà qu'il commence à faire pour le moins un équipier plus que recommandable…

Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum