Fiancailles à Gangzhou (Fengshan, Guangxi, Chine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiancailles à Gangzhou (Fengshan, Guangxi, Chine)

Message  Admin le Sam 19 Fév - 13:58

J'ai été invité aux fiançailles du frère d'Alice.
Voici quelques images de ces instants respectant les traditions locales.

Le matériel spécifique aux fiançailles est préparé dans le foyer du fiancé, la famille de la fiancée se contentant de préparer la nourriture.
L'inventaire est somme toutes assez restreint :
Trois faces de cochon, des bougies, de l'encens, du riz gluant, des écorces de bambou, un panier à travoi, du papier rouge, des ciseaux, de l'encre, un pinceau, trois poules, un coq et trois paniers pour les transporter, un petit sac rouge, et un parapluie.

Tête de cochon

Ecorce de bambou


Cette écorce tombe régulièrement aux pieds des bambous au fur et à mesure de leur croissance.

Préparation de la tête de cochon principale sur un lit de riz gluant rose.

Un petit papier rouge est collé sur son front.

Autres accessoires sur la table ronde


Poules et coq en panier

Sur le marché, chaque volaille a son panier, mais pour l'occasion, un coq et une poule doivent se serrer un peu.

Tout est chargé dans la voiture, on s'arrêtera en route pour acheter une sérieuse quantité de bouteilles de bière.


Une des têtes de cochon est portée de façon un peu formelle.


Le fiancé a un rôle tout à fait accessoire dans la cérémonie, il porte dans ce carton une des deux autres têtes de cochon.


On allume quelques bougies


Et on prépare l'autel des ancêtres de la promise.



L'autel est dans la pièce principale, qui est aussi l'entrée de la maison.


L'autel est divisé en trois volet, c'est pour ça qu'il y avait trois têtes de cochon.

Ces deux jeunes filles ont le rôle le plus important aujourd'hui.

Ce sont elles qui portaient la tête de cochon destinée aux ancêtres. Mais plus tard, elles auront la mission essentielle de la journée.

C'est partit pour un repas presque comme un autre, mais pas tout à fait.

En fait, lors de ce repas, on remarque que les paroles et les toasts ne s'échelonnent pas selon le protocole habituel. Le père du fiancé reste très discret. D'autres membres de sa famille sont chargés de longs discours. Ça semble partit pour trainer en longueur, mais à l'issue d'un discours la demande est formulée : il s'agit de demander non pas la main mais la date de naissance de la fiancée.
Le père donne à ce moment un peu d'argent.

Les deux jeunes filles font alors irruption dans la pièce, abritées par un parapluie.


Tout va alors très vite, une petite enveloppe rouge est placée dans le sac autour du cou de la plus grande, et elles s'en vont.


Les instants solennels étant passés, les libation trouvent un second souffle.


Les libations ne sont pas mixtes, hommes et femmes sont sur des tablées séparées.


Elles ne font pas la tête, simplement, leur tâche est très sérieuse et elles n'ont pas le droit de parler à qui que ce soit. Elles doivent porter le sac rouge à la mère du fiancé qui est restée à la maison.


Arrivé à la maison du fiancé, il n'est toujours pas question de prendre le risque de laisse le ciel voir ce qui se passe.


La mère placera sans l'ouvrir l'enveloppe dans un des coffres à linge de sa chambre.
Les messagères recevront elles aussi une enveloppe rouge contenant de l'argent en rétribution de la mission accomplie.

Pour ma part, en tant que chauffeur des messagères, j'ai aussi reçu une enveloppe de 100 yuans qu'il n'est pas question de refuser.
D'autant que ce serait stupide, car quelques jours plus tard, j'ai pu inviter Alice est son fiancé au resto avec ce même billet.

Au sujet du don d'argent lors du repas, du père du fiancé au père de la fiancée, il s'agissait d'une petite somme, mais en dehors de la cérémonie, un don de 20 000 yuan a été fait. L'ensemble du mariage coutera le double au père pour "acheter" la mariée. Dans cette région, cette somme peut aller jusqu'à 60 000 yuans. C'est en fait une somme énorme représentant de nombreuses années d'économies.
A ce sujet, le père d'Alice est malchanceux car sa fille a épousé un gars de Hechi, une ville lointaine où cette coutume n'est pas respectée. Cette somme revient en général remise à l'épouse, selon la décision du père. Pour Alice, c'est une petite source de déception "j'ai l'impression de ne rien valoir"...

Un autre aspect folklorique de cette tradition est que les fiancés peuvent tout à fait être absents de la cérémonie. On est précisément ici dans le cas d'un mariage arrangé. Les époux ont certes donné leur accord, mais ils se connaissent à peine.
Ces fiançailles n'ont bien sûr aucune valeur légale. Mais cela n'a aucune espèce d'importance, c'est vraiment cette étape qui est décisive et personne dans ces familles et dans la région ne reconnaitraient un couple qui ne soit passé par là.

Le mariage officiel ne prend que quelques minutes devant le fonctionnaire de service. Il n'est contracté en général que pour une futur enfant, ne donne lieu à aucune cérémonie et n'est reconnu par personne... à part l'administration.







Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum