Laojunshan, naissance d'une Via Ferrata dans le Yunnan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laojunshan, naissance d'une Via Ferrata dans le Yunnan

Message  Admin le Jeu 13 Déc - 12:35

La via Ferrata de Yanshan vit sa vie, pour le bonheur de touristes sportifs près de Pékin.
Et voici qu'un nouveau projet voit le jour, à l'autre bout de la Chine, dans le Yunnan, proche de la très attractive et célèbre vieille ville de Lijiang.

Laojunshan est un parc national créé il y a une dizaine d'années mais dont les infrastructures ne sont développées que depuis deux ans.
Ses montagnes sont du type Danxiashan, ce sont ici de beaux massifs de grès rouges, souvent recouverts de mousses noires et présentant des passées et coulures blanches ou noires.
L'environnement est sauvage et les sentiers abruptes.

Un petit village de montagne, Liming, a été transformé en base de loisir. Tout a été reconstruit dans le style montagnard local (bois apparents, cours intérieures, feux de bois sous toitures sans cheminée et dans des pièces semis-ouvertes, décoration en art local…). Hôtels, restaurants et petits commerces bordent une rue principale. Un bâtiment et sa grande cour intérieure sont réservés aux festivités traditionnelles adaptées adaptées au tourisme. Un marché s'y tient deux à trois fois par mois, les nuitées vont de 30 à 300 yuan, un péage de 105 yuans donne accès à Liming et à la vallée. Des voitures électriques promènent les touristes passifs le long d'un torrent. le tourisme est organisé en groupes venant en autocars depuis Lijiang, mais des baroudeurs individuels trouvent également leur voie.

En dehors de la beauté naturelle de la vallée et de ses montagnes, le parc dispose pour attrait de la montage des milles tortues (une forme d'érosion spécifique du grès dans les zones sommitales), de treks vers une montagne dépassant les 4000 m d'altitude, de nombreuses voies d'escalades équipées par des grimpeurs passionnés…
Il fait partie des 8 groupes d'aires protégées reconnues par l'UNESCO correspondant à une partie des cours supérieurs du Mékong, Salouen et Yangzi Jiang. Ce secteur est considéré comme l'un des plus riche de la planète en terme de biodiversité. Le parc de Laojunshan abrite notamment une partie de la population des singes Rhinopithecus bletti, espèce menacée de disparition.

La composition culturelle de la région est des plus bigarrées. Principalement Naxi, puis Lisu, Bai, Zang… Les tendances religieuses sont bouddhistes, chrétiennes et dongba. Les langues sont également variées avec notamment en plus du chinois des écritures alphabétiques et pictographiques. Tout ce petit monde vie en harmonie, je veux dire par là que les ethnies ne sont pas cloisonnées et se fréquentent quotidiennement. On tue volontiers le cochon ensemble.
Sur l'autre berge du Yangzi Jiang, la minorité Zang (Tibetain) domine, mais on retrouve à peu près la même composition.

Deux longs chemins sur pilotis de fer offrent des itinéraires pédestres très sécurisés pour des parcours en montagne de quelques centaines de mètres de dénivelés. L'un monte à la montagnes aux milles tortues, l'autre à un belvédère. C'est aux abords de de second chemin que les autorités du parc ont décidé d'installer une via ferrata.
La via ferrata en effet semble tout indiquée pour attirer plus de touristes par une activité à la fois exceptionnelle et parfaitement sécurisée. Elle permet à tout un chacun de gouter aux sensations de l'escalade sans avoir de compétence particulière. C'est une activité d'ouverture, qui pourrait servir de pont pour amener plus de touristes chinois à prendre goût à des sports de pleine nature plus engagés.

L'installation de telles infrastructure ne souffrent néanmoins pas l'improvisation et l'incompétence. C'est donc la société Savoyarde Prisme, spécialiste en la matière, qui est maître d’œuvre. Le site lui-même a été plus ou moins imposé par le parc, en prenant en compte l'ensemble des activités et acteurs du terrains. Pas question de couper telle voie d'escalade, ni de profaner telle falaise dédiée à des activités cultuelles. Il fallait aussi que les voies se remarquent un peu, pour que leur existence soit naturellement connue, mais pas trop pour ne pas défigurer le paysage. Enfin, il fallait rester dans des niveaux de difficulté raisonnable, la voie d'initiation pouvant être parcourue par des enfants.
Dans ce contexte étroit, il este encore une infinité de solutions pour faire serpenter un passage de paroi en paroi afin que le parcours soit agréable, esthétique et ludique. Sans occulter la contrainte de base, numéro un en Chine : la sécurité avant tout !
Avec tout ça, un tracé s'est ébauché et une corde l'a surligné dans la montagne. Cette corde, c'est celle qui sera utilisé pour le long travail de forage des agrès et ancrages. Nous en sommes là, le matériel est arrivé, nous allons commencer...

Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

En photos...

Message  Admin le Jeu 13 Déc - 16:09

On ne pouvait pas parler de Lijiang sans saluer un vieil ami, le célèbre mont Yulongxueshan.


Maquette donnant un aperçu du parc national de Laojunshan.


Petit zoom sur les monts de grès rouges tailladés par de profonds canyons.


Paysages typiques du parc




Le petit torrent traversant Liming



L'érosion du grès dans les zones sommitales donne cet aspect de carapaces de tortues.

Nous ne sommes pas ici sur le mont des 1000 tortues…

Mais même sur ce sommet "sauvage", la ressemblance est frappante.


Liming

Rue principale de Liming

Dans cette rue renouvelée se croisent ceux d'hier et ceux de demain


Le véhicule électrique de transport de touristes dans le parc.

Le véhicule vert local typique, mi camionnette mi tracteur, et sa version jouet.

Qui dit développement dans un parc dit système d'assainissement adapté pour limiter la pollution.

L'eau chaude sanitaire solaire, une technique tout indiquée dans ce climat aux hivers froid mais ensoleillé.


L'agencement accueillant inspiré du style local

Abri chauffé, ou comment être à la fois autour d'un feu de bois, à l'intérieur et au grand air.

Elément de décoration portant des pictogrammes Dongba



Les fermes typiques du haut Yunnan : les bâtiments sont disposés de façon à fermer une cour intérieure.

Le cheval est très utilisé (voir les deux bats en attente)

Les murs sont souvent en terre crue… ici en pavés

Ici en terre crue banchée

Malgré les importants bénéfices thermiques de la terre crue, les rénovations et nouvelles constructions utilisent souvent le moellon en béton…



Cet élément décoratif typique de la vallée en aval de Liming n'a pas été repris dans le design du nouveau village mais orne la plupart des maisons extérieures à la zone touristique.

Chacun choisi a sa propre convenance pour sa propre maison la forme de cet ornement.



En hiver, on tue le cochon, et on invite autant qu'on peut, chacun son tour.

Seule une des hôtesse portait un "costume traditionnel", après "enquête", les convives étaient de 4 ethnies différentes, sans nous compter.

Une recette locale : le poumon est gonflé et remplis d'une mixture à base d’œuf. Le tout sèchera un mois et sera ensuite découpé et bouilli pour être accommodé en un bon petit plat.


Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

autres photos

Message  Admin le Mer 26 Déc - 17:48

Des passants dans la rue de Liming



Un panneau "bilingue" Lisu/Han

Un panneau "bilingue" Naxi/Han

Un panneau "bilingue" Hui/Han

En fait, pour le dernier panneau, je ne suis pas sûr. En effet, il n'y a pas de population Hui à Liming, mais on m'a dit qu'un Hui était venu ouvrir ce commerce.
En principe, les Hui vivent beaucoup plus au nord.

Un séchoir à viande et maïs.


Je n'ai aucune idée de la façon dont ces vivres sont protégées des oiseaux, rats et écureuils. Ces derniers sont très vif et actif. Il y avait bien des chiens autour de cet abris, mais attachés…

Quelques exemples de décorations de poutre faitière






Le motif du bas ressemble souvent à deux poissons.
Une explication est que 鱼 (le poisson) est homophone à 余 (en trop, en surplus). Un dicton dirait que quand on mange du poisson il en reste toujours. Donc, le poisson serait un signe bénéfique pour la prospérité.
Je pense que cette explication est largement incomplète, je vais me renseigner un peu mieux.

Faut-il voir dans ceux-là des symboles religieux ?




Pour celui-ci, c'est une certitude…

En effet, juste à coté…

Nous sommes dans une église protestante Lisu

Le tableau noir, c'est pour écrire les chants

Une balance, du riz, du porc sèché… pour des distributions de vivres ?

L'ethnie Lisu a été évangélisée par des Jésuites qui on créé une transcription écrite de leur langue… exemple, ici, d'un champ religieux.

Il y a deux pasteurs pour les huit églises de la région, il ne vient à Liming que sur demande. Mais l'église de Liming rassemble une cinquantaine de fidèles chaque dimanche pour des chants et lectures religieuses.

Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le chantier

Message  Admin le Ven 11 Jan - 7:08

L'un des canyon de grès a été équipé d'un chemin de visite fait de poutres d'acier et de planches en plastique renforcé.

En quelques milliers de marches, il permet de monter au niveau des crêtes.


Ici, on passe dans une grotte, un gros abris sous roche formé à la faveur d'une couche de conglomérats de galets calcaires.


La première étape des travaux est assez simple : il faut installer des cordes de sécurités tout le long de la future via ferrata. Ce chemin fait donc gagner beaucoup de temps et d'énergie.

Arrivée au sommet.

Préparation des ancrages.


Deux parcours sont prévu, l'un facile pour les débutants, l'autre plus long et engagé.
Vue d'ensemble de la voie facile.

La fin de la voie facile est une traversée en pente douce.


La seconde voie, vue d'en bas.

Dans les hauteurs… le parcours est très varié.

Une grande passerelle et un pont népalais sont prévus, à ce stade de la réalisation, on ne voit que des cordes. Elles seront essentielles pour assurer la sécurité lors des phases suivantes du chantier.


Dans "via ferrata", il y a "fer". Le voici.

En tout près de quatre tonnes de matériel divers qu'il faudra promener sur ces cordes et mettre en place.



Pour forer la roche, il faut un perforateur puissant alimenté par un groupe électrogène qui doivent aussi circuler sur les cordes.





Ici, on hisse une échelle de fer de près de 90 Kg.

Petit à petit, les choses prennent forme et tout finit par être installé.




Départ de cable, élément essentiel de sécurité

Cable accroché sur une broche en queue de cochon permettant de doubler l'assurance par une corde d'escalade.

Echelon de prise de pieds

Prise de main

Rampes


Départ de la seconde voie


Le sommet de la seconde voie


Admin
Admin

Messages : 234
Date d'inscription : 27/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://voyager-en-chine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laojunshan, naissance d'une Via Ferrata dans le Yunnan

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum